Balle cherche Abattoirs

Balle cherche Abattoirs

On nous murmure que ayé l'hiver est arrivé sans se presser mais en nous oppressant. Pourtant ce week-end c'est encore l'automne et avant d'aller dévaler les pistes de ski à moitié enneigées des Pyrénées, Juan Balle te propose une excursion sur le côté gauche de la Garonna...

I La préparation : L'insoutenable légèreté de l'aide.

Avant de préparer une excursion dans cette contrée sauvage et étrange dénommé Saint-Cyprien, il est nécessaire de bien se préparer : gourde, sac de survie, chaussures à crampon : tout cela ne te sera d'aucune utilité. Prend plutôt ton porte-monnaie, ton appareil photo, un thermos de boisson de ton choix, un sac léger et des vêtements de mi saison.

Pourquoi des vêtements de mi-saison alors que le matin il fait au moins -8000 ? Parce que tu partiras en fin de matinée ou après déjeuner. T'as pas le choix ! En plus Dimanche il fera peut être gris mais en tout cas il fera chaud et ça c'est cool !

II L'action : N'abattons pas la culture

Pourquoi aller flâner dans Saint-Cyprien ce dimanche 4 décembre ? 
Et bien cher lecteur, ce que tu trouveras dans les recoins clair-obscurs du quartier pourrait bien égayer ta journée. Cette année comme chaque année c'est la traditionnelle Grande Braderie de la librairie d'un musée mythique de Toulouse : le Musée des Abattoirs.
C'est l'occasion pour tout le monde de venir dévorer la culture à petits prix.

En d'autre termes tu va pouvoir étayer ta bibliothèque de livres d'arts et crâner devant tes amis avec des ouvrages d'analyse sur Picasso ou Klimt. La librairie ouvre ses portes de 12h à 18h, il faudra donc faire vite afin de sauter sur les bonnes occasions (c'est un peu le Black Friday de l'art en somme) : plus d'infos ICI.

Là tu peux sortir ton sac léger et y fourrer tes trouvailles puis aller t'asseoir dans le jardin des Abattoirs et contempler Toulouse qui te fait face en sirotant ton thermos et en photographiant tes oeuvres d'arts pour ton compte Insta ou pour ta collection de livres d'arts pris en photographie dans des lieux insolites que personne ne connaît pas vraiment mais qui sont cools.

III Epilogue : Le retour dans la réalité dominicale.

En fait cela t'aura aussi bien servi à faire quelque chose de ton dimanche, ce qui en soi est toujours une victoire. Surtout quand tu te dis que le lundi c'est demain et que mine de rien, demain c'est pas loin.

Jean Balle Out.

Retour à l'accueil